Daisetsuzan – 1er jour

La première journée pour profiter du volcan actif mont Asahi et de la caldeira Ohachi-Daira.

Début de la randonnée

Mont Asahi depuis téléphérique (Japon)
Mont Asahi depuis téléphérique (Japon)

Arrivé la veille par avion depuis Haneda, je passe la nuit dans le très simple Business Hotel de Asahikawa (旭川) à proximité de la gare et du terminal de bus.

A l’aéroport, ayant récupéré les 2 cartouches de gaz (réservées par téléphone), je peux donc prendre le premier bus de 7h40 pour arriver vers 9h à Asahidake-onsen (旭岳温泉), prendre le téléphérique de 9h30 jusqu’à la station de Sugatami (姿見). 1800 yen (environ 14€) pour le téléphérique ! J’avais hésité à faire le trajet à pied, mais je trouve qu’il est déjà un peu tard (il aurait fallu dormir à Asahidake-onsen).

Consciencieusement, je remplis le cahier officiel pour indiquer mon trajet et la durée estimée, tout en me demandant si cela est réellement utilisé et si les autorités prennent le soin de corréler les entrées et les sorties du massif. Petit-déjeuner rapide, et à 10h, je peux enfin commencer le trek ! Ca y est, 6 mois auquel j’y pense, et m’y voilà. Maintenant, que j’en profiter !

Mont Asahi (旭岳) – 2291m

Mont Asahi, Sugatami no ike et fumerolles

Impressionnant ! Grandiose ! On voit facilement que c’est un volcan actif (dernière éruption en 1739). C’est comme si une partie avait explosé (ou s’était effondrée) ouvrant tout un flanc.

Du monde, beaucoup de monde à cause du téléphérique et c’est dimanche.

On arrive rapidement (moins de 20mn) à un petit lac, Sugatami no ike (姿見の池) à côté de l’abri de Asahidake-ishiya (旭岳石屋) en cas d’éruption soudaine. De là, un court chemin permet de s’approcher des fumerolles. L’odeur de soufre n’est pas trop présente, moins qu’à Murodo dans les Alpes du Nord.

La montée s’effectue le long du côté droit de ce flanc, comparable à un petit chemin de crête. Le sol est en sable noir et quelques pierres. Ce n’est pas trop dur, on peut prendre facilement son rythme.

Le ciel est bleu, le soleil tape un peu mais il fait moins chaud et humide qu’à Tokyo. Le sac ne pèse pas, pas vraiment de difficulté pour arriver au sommet mais là aussi beaucoup de monde. Il est 11h45. Petite pause collation.

Autour de la caldeira

Caldeira de Ohachi-Daira (御鉢平)

Le temps change d’un ciel bleu à nuageux dont quelques uns très sombres à l’horizon.

Je descends de l’autre côté et il y a déjà nettement moins de monde. La pente devient rapidement raide, et avec le sable et les petites pierres volcaniques, la sanction de la glissade est proche. Dans le prolongement de la pente, un grand névé. Je sors donc mes nouveaux petits crampons. La descente aurait été faisable sans mais c’est vrai que cela aide et c’est plus sécurisant. Je suis content de mon achat.

Au point dit Mamiyadake-bunki (間宮岳分岐), bifurcation à gauche pour passer par Mamiyadake (間宮岳 – 2185m) et pour commencer à contourner la caldeira de Ohachi-Daira (御鉢平). Petite montée dans des rochers de couleur rouge et une végétation surtout composée de mousses. C’est surtout une superbe vue sur la caldeira avec plusieurs couleurs de roches et une petite rivière couleur soufre.

Après le croisement de Nakadakebunki (中岳分岐), je me retrouve seul. Les quelques personnes qui s’étaient engagées par ici prennent sur la gauche pour rejoindre le téléphérique en faisant une boucle pour la journée.

Bifurcation pour le 2ème sommet de l’île de Hokkaido: Hokuchindake (北鎮岳) à 2244m. Le sommet est dans les nuages, on ne voit pas grand chose, je rebrousse chemin pour reprendre la descente et rejoindre où j’ai prévu de camper. Un autre névé en pente encore plus raide, et toujours de très belles vues sur la caldeira. Le chemin est plutôt plat ou en légère descente. Nombreux passages dans des arbustes à mi-hauteur. Avec le calme et les paysages, c’est très agréable.

Camping et mont Kuro

La journée se termine sur un long plat pour arriver au refuge Kurodake-ishiya (黒岳石屋). Poser sa tente est payant (500 yen). Il n’y a pas foule, que 4 autres tentes. Je m’installe en extrémité de l’espace réservé aux tentes, avec vue dégagée sur les montagnes. Un grand container d’eau est à disposition mais il faut quand même la bouillir (à cause du ver parasite échinocoque). Il y a des toilettes bio et sans eau (il faut faire 20 tours de pédale dans un sens puis 10 dans le sens inverse sur une sorte de vélo pour mélanger l’ensemble).

Je commence tout de suite par faire bouillir 2l l’eau et je me prépare un chocolat chaud. J’allume le GSM mais il n’y a aucun signal.
Le temps devient plus clément, je monte au mont Kuro 黒岳 (1984m) en 20mn. C’est à nouveau dans les nuages. Inutile de rester plus longtemps, 10mn après, je suis revenu à la tente.

19h passé, il fait encore jour, le ciel au loin est orangé mais le soleil est derrière les montagnes. Il fait de plus en plus sombre. L’air est humide, de plus en plus de nuages noirs. Il est temps de rentrer dans la tente.

Excellente première journée. C’était superbe, la marche a été très agréable et aucunes douleurs aux genoux ou au dos pour un début.

      Suite de la randonnée: 2ème jour – Mont Haku-un

 

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

Traversée du Daisetsuzan (Japon) - 1er jour   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Daisetsuzan – jour 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *