Questions Réponses

Questions pratiques

On se rend en Antarctique soit comme touriste soit pour le travail. D’une manière générale, l’Antarctique est très onéreuse pour les touristes.
J’ai préféré passer par une agence de voyages spécialisée dans ce type de destination pour deux raisons principales:
  • aucun bateau/avion ne se rend régulièrement sur des destinations telles que l’île Géorgie du Sud et l’Antarctique.
  • je voulais observer des oiseaux: en prenant un voyage orienté ornithologie, on peut se rendre sur des sites non fréquentés et difficilement atteignables.
J’avais réservé mon voyage avant de partir.
Il y a d’autre solutions plus hasardeuses: certains voyageurs ont eu des tickets dernière minute un peu moins cher ou d’autres sont partis par l’armée chilienne ou argentine qui se rend sur leurs bases (arrivé sur la base, les possibilités de déplacement semblent assez restreintes).
Pour les touristes, le principal port de départ est Ushuaia (Argentine). Les autres ports sont Punta Arenas (Chili), Cape Town (Afrique du Sud), Hobart (Australie) et Christchurch (Nouvelle-Zélande). La page des liens présentent quelques agences de voyages proposant des croisières en Antarctique.

On ne peut s’y rendre que depuis Tahiti ou Santiago (Chili).
Une seule compagnie propose des vols: Lan Chile (la compagnie nationale chilienne). Dans chaque direction, ce sont 3 vols par semaine.
Les prix du billet sont élevés. Il faut mieux réserver à l’avance, en particulier, au moment du festival (début février).
Beaucoup de personnes n’y passe que deux ou trois jours. A mon avis, cette île mérite plus de temps. Personnellement, j’y ai passé 10 jours et cela ne fut pas trop court.

Il n’existe plus de route reliant le Panama à la Colombie. Le détroit de Darién est une zone inhospitalière : jungle et passages de trafiquants en tout genre. Toutefois, il est possible de prendre des bateaux pour relier les deux pays.
Personnellement, j’ai pris l’avion et donc je ne pourrais pas donner plus d’informations.
Les guides Central America on a Shoestring & South America on a Shoestring (Lonely Planet) et les Mexico & Central America Handbook & South America Handbook sont de véritables mines d’informations et expliquent les différentes manières de traverser cette frontière.

Je vous conseille de vous renseigner au consulat de chaque pays. Mais lors de mes séjours, aucun visa n’était nécessaire.

En Amérique Latine, deux pays permettent un budget économique : la Bolivie et le Guatemala.
Avec les récents problèmes économiques, l’Argentine est devenu nettement plus abordable qu’auparavant.
Néanmoins, si le budget est la principale contrainte d’un voyage, l’Asie et l’Afrique s’avérent nettement moins chers que l’Amérique Latine.